Conférence Êtes-vous prêts pour Drupal 8 ?

Retrouvez la vidéo de la conférence Drupal 8.

Les nouveautés de Drupal 8 : les nouveaux concepts avec une démonstration complète du nouveau back-office,
L’impact de Drupal 8 sur vos projets : Comment et quand utiliser Symfony, comment utiliser les API et les Webservices, quels impacts du nouveau moteur de template Twig,
Drupal 7 ou Drupal 8 ? Quand faut-il migrer ? quelles difficultés anticiper et quels outils utiliser ? Quels sont les modules déjà disponibles ?

Loading

Les nouveautés de Drupal 8 !

« Not invented here, proudly found elsewhere »

 Drupal 8

On entend parler de ce fameux CMS depuis longtemps, les idées d’innovations proposées furent nombreuses, mais que trouverons-nous réellement dans la huitième mouture ?

Tout développeur utilisant régulièrement Drupal vous dira que certains modules, permettant d’ajouter des fonctionnalités avec une simple installation, sont devenus incontournables et intégrés sur la quasi-totalité des sites. C’est donc un vrai soulagement de savoir que ces modules seront implémentés nativement et bénéficieront d’un support.

Du côté des mobiles c’est un grand pas en avant, nombreuses sont les avancées dans ce domaine pour le CMS. Un effort considérable a été fait pour rendre ce dernier compatible avec HTML5. En combinant cette technologie avec le module Layout, nouvellement inclus de base, cela permettra de gérer l’affichage sur mobiles et tablettes, on parle donc de Responsive Design mis à l’honneur.

 Responsive Design

Toujours au sujet des mobiles il convient de parler du module Web Services qui permet de délivrer du contenu à des applications qui pourront également en créer (articles, commentaires, billets de blog, utilisateurs, etc).

Et si nous parlions à présent de la véritable annonce de Drupal 8 ! Le cœur intégrera certains composants du framework Symfony 2, un outil puissant pour la création de sites, et plusieurs librairies externes comme Doctrine, Assetic, Twig, etc, contenant une pléthore de fonctions qui en raviront plus d’un. Ces ajouts offriront plus de modularité, de robustesse et de performance.

 Symfony 2

La configuration de Drupal sera gérée plus proprement. Jusqu’à la version 7 on la trouvait enregistrée en base de données, parfois mélangée au contenu, et ce n’était pas simple ou possible de l’exporter. Désormais elle est revue en profondeur et sera stockée de façon lisible dans des fichiers « versionnés ». Ces derniers seront accessibles facilement et il ne devrait plus y avoir de problèmes d’export.

Passons au multilinguisme ! La configuration pour la détection et le choix de la langue a été simplifiée. De façon native il sera possible de réaliser nos traductions. Le modèle utilisé permettra de traduire presque tout les contenus, blocs, formulaires, vues, règles et bien d’autres éléments. Tout est conçu pour que le fonctionnement du multilinguisme soit plus compréhensible et que l’expérience utilisateur soit meilleure.

Un éditeur de texte nommé CKEditor sera présent nativement, plus besoin d’en tester plusieurs pour se rendre compte que la majorité d’entre eux n’est plus compatible avec Drupal ou dispose de failles de sécurité. Puisqu’on est dans le traitement textuel abordons le fait que de nouveaux champs de texte seront proposés tels que : email, date, téléphone, lien, entity reference, etc.

Pour découvrir plus en détail toutes ces améliorations formidables je vous invite à participer à la conférence Drupal 8 à Paris proposée par Core-Techs le 18 juin. Les places sont gratuites mais limitées alors ne perdez pas de temps et inscrivez-vous sur notre site internet.

Loading

Approche de la culture Agile

Comment présenter simplement ce qu’est la culture agile ? Voici une transcription de ce que Vanessa Kovalsky David a présenté lors de sa conférence à Agora CMS 2014.

La méthode agile vise à construire une solution qui s’approche le plus des besoins métiers du client. Les valeurs essentielles de la méthode agile sont:

  • Réagir et s’adapter au changement
  • Promouvoir le facteur humain
  • Produire le résultat au plus tôt
  • Privilégier la relation client

La relation humaine est importante dans la méthode agile, car c’est l’implication des parties tout au long du processus qui assure sa réussite. Augmenter la communication avec le client permet de faire des points réguliers pour déterminer les aspects à traiter en priorité et d’avoir un retour sur les fonctionnalités déjà livrées. Cela diminue « l’effet tunnel » des projets informatiques, l’écart entre ce que veut le client et ce qu’il reçoit en livraison.

Pour cela la méthode agile fonctionne par itérations en livrant à échéances courtes des fonctionnalités attendues par le métier, une semaine par exemple. Aussi, la priorité numéro un de la méthode agile est de satisfaire le client en livrant avec souplesse, rapidité et régularité les fonctionnalités à forte valeur ajoutée, ce qui permet de maintenir la motivation de tous.

Agile prestashop cycle

En ce qui concerne l’aspect fonctionnel, la méthode agile revient à travailler par cas d’utilisation (user-stories). Chaque cycle correspond à un sprint où les développeurs travaillent sur un nombre de user-stories, le plus souvent matérialisées sous la forme de post-It. Ces fonctionnalités obéissent à un certain nombre de règle dont l’indépendance, afin de faciliter leur développement et leur intégration.

Post-it

La modularité des CMS est un vrai plus car ils sont structurés de manière modulaire, tels des legos. Ils permettent de répondre de manière adaptée aux besoins des clients et à un développement fonctionnalité par fonctionnalité. Enfin, les CMS permettent de plus en plus de travailler de manière industrialisée, ce qui permet de pousser régulièrement des évolutions depuis le serveur de développement jusqu’à celui de production.

En conclusion nous pouvons dire que ajouter de l’agilité sur un projet permet d’assouplir et de mieux définir l’ajout de fonctionnalités sur les sites. De plus on raccourcit au maximum le temps entre une demande client et sa livraison. Enfin, se concentrer avec méthode sur les fonctionnalités les plus attendues permet une meilleur communication entre les acteurs.

N’hésitez pas à approfondir le sujet en lisant cet article : L’agilité : un état d’esprit, pas seulement une technique.

Loading

Les 10 tendances 2014 du web design

Julie Dublanc et Solange Derrey, respectivement responsable Business Unit et Chargée de communication et des études digitales chez Vanksen, nous ont présenté cette conférence.

De plus en plus d’utilisateurs naviguent via leur tablette ou leur mobile, entraînant ainsi une évolution de l’ergonomie et de l’expérience utilisateur des sites.

Différentes tendances ont ainsi pu être décelées pour l’année à venir :

  1. L’adaptation aux multiples écrans, mobiles, tablettes et pc.
  2. L’augmentation des visuels, pour permettre un accès simplifié, avec plus d’attractivité et de visibilité. Cette tendance s’observe également sur les sites desktop.
  3. L’utilisation du scroll, dans les deux sens. Seules les informations essentielles sont affichées avec des images, des pictogrammes ou des vidéos, le tout pour plus d’attractivité.
    Bel exemple de scroll sur fadeoreddy :
    fadeoreddy  fadeoreddy scroll
    Il y a également une volonté de mise en avant des visuels par des images de haute qualité.
    Exemple : menu dans l’image (webcam des bureaux) sur Sagmeister &Walsh :
    sagmeisterwalsh
  4. L’apparition des blurred images (ou image floues), permettant de colorer un site, de remplir le background, avec un temps de chargement moins important.
  5. La présence croissante des vidéos : d’ici 2017 elles devraient occuper 90% du trafic web.
    Site any.do :
    any.do
  6. L’évolution du graphisme en flatdesign, pour un design minimaliste avec des couleurs vives. Une sous-tendance existe : le long shadow pour plus de profondeur.
  7. La disponibilité des typographies, adaptées au web.
  8. La création d’un design géométrique, avec un jeu de formes directement dans le graphisme. (menu, placement des visuels…)
  9. L’utilisation de la parallaxe (différents plans en décalage au scroll) pour une mise en avant d’un produit (mais déconseillé pour une arborescence complexe).
    Bel démontration sur no leath:
    noleath
  10. L’apparition de la navigation synchronisée, permettant l’interaction avec plusieurs supports sur un même site de jeu par exemple.

Une question peut en revanche se poser la question de l’accessibilité pour quelques-unes de ces tendances, empêchant certains utilisateurs de profiter de l’avancée du design.

AgoraCMS logo

Loading

Quelques conseils pour optimiser son référencement

Il est bon de rappeler des règles de bon sens quand on cherche à optimiser son référencement. J’ai isolé 7 points de la conférence « comment rater son référencement en 10 étapes » de Marc Sauvage, lors de Agoracms 2014.

1) Eviter le référencement abusif.

Dans le référencement, tout n’est pas bon à prendre. Google peut attribuer des « pénalités » à des sites qui essayent de détourner ses règles d’indexions pour être mieux positionnés. Par exemple avoir des répétitions ininterrompues du mot « voiture » sera considéré comme du référencement abusif. De même si on achète des liens en très grand nombre pour qu’ils pointent vers notre page. Cette dernière pratique peut également rentrer dans cette catégorie si les liens sont peu utilisés et considérés comme étant « de mauvaise qualité ».

2) Faire un audit SEO

Si on souhaite que notre site ressorte sur un thème, il est utile de savoir comment est positionné la concurrence. On peut apprendre beaucoup très simplement en nous servant de l’auto-complétion de Google. Commencez à saisir vos mots-clés et voyez ce que Google vous propose.

Google-auto-indexion_short

De plus en bas de la liste de recherche, vous pouvez observer les recherches généralement associées à votre thème.

Google_recherche-associees_short

Vous pouvez compléter cette approche en vous servant d’outils dédiés tels que Google AdWords: Keyword Planner.

3) Positionner ses mot-clés

Une fois que vous savez comment est positionné la concurrence, vous devez vous différentier dans le choix des mots-clés qui définissent votre métier. Essayez d’être le plus précis possible, il y a peu de chance que vous soyez le premier résultat de la recherche d’un thème aussi général que « voiture occasion ». Vous devez plutôt vous positionner sur des termes plus précis, tel que « voiture occasion paris intramuros ».

4) Se créer une arborescence orientée SEO

Pour que chacune de vos pages soit bien référencée, il faut qu’elles soient associée à des mots clés spécifiques en évitant au mieux les recouvrement. Par exemple vous séparerez sur deux pages différentes les activités « vente » de celles de « location ». Cela permet de positionner les pages de votre site selon plusieurs thèmes et donc d’augmenter sa visibilité globale. Ensuite vous devrez structurer l’ensemble sous la forme d’un arbre SEO.

arbre SEO

5) Préparer convenablement les URL

Le choix de vos URL n’est pas anodin: elles doivent correspondre à l’arborescence SEO de votre site. Une URL doit être un assemblements de mot-clés. Pour l’exemple précédent, le lien vers votre page location pourrait être du type « www.monsite.com/vente-voiture/voiture-location ». Les solutions de gestion de contenus, tel que Drupal ou WordPress permettent d’être très précis à ce niveau.

6) Utiliser les balises HTML adaptées

Les moteurs de recherche n’attribuent pas le même poids aux éléments des pages. Les balises HTML représentent une hiérarchie qui est prise en compte. Les balises <title> sont celles qui ont le plus de poids. Viennent ensuite les balises de lien <a>, puis les titres de <h1> jusqu’à <h6> de valeurs décroissants.

Une page bien structurée permettra aux navigateurs de gagner en précision lorsqu’il proposera votre site aux internautes.

7) Nommer les images

Pour gagner en visibilité, vous devez nommez vos images afin qu’elles aient un nom sous forme de mot-clé « voiture-qualite-collection.png » sera préféré à « DSC0000451.png » par exemple. Cette manipulation doit être effectuée « à la main » en complément du paramétrage des propriétés alt des balises <img>.

 

Conclusion

Maintenant que vous avez tous ces conseils à l’esprit, n’oubliez pas que votre site sera visible d’abord et avant tout s’il contient un contenu de qualité, et d’autant plus s’il est ergonomique et que les internautes le visitent régulièrement. Si d’autres sites du même thème que vous ont apprécié vos pages et rajoutent des liens vers votre site, votre référencement augmentera alors de lui même.

Loading

Le Growth Hacking au service de la croissance de votre trafic

Voici notre retour sur la conférence présentée par Pierre Conreaux (directeur général de WalterMelon), lors de l’édition 2014 d’Agora CMS.

Growth Hacking

La ménagère de 1950 n’est plus celle d’aujourd’hui : les pauses publicités sont l’occasion d’une navigation sur support mobile ou pour une autre activité et il faut trouver d’autres moyens que la publicité traditionnelle pour atteindre ses cibles.

Aussi, il est  important pour les enseignes de créer de nouvelles « recettes » marketing, qui disparaîtront encore plus vite que les précédentes, de par l’avancée des technologies et l’évolution des comportements.

Le Growth Hacking peut être défini comme un état d’esprit dont l’objectif est l’amélioration de la croissance, en transformant notamment un simple visiteur en utilisateur, puis en utilisateur actif, et enfin en utilisateur évangélisé qui partagera et diffusera l’information reçue.

Les 5 métriques de cet état d’esprit sont :

  1. Acquisition : aller chercher les clients là où ils sont. Suivant l’exemple d’Airbnb qui, après avoir acquis sa notoriété, se tourne à présent vers un marché haut de gamme.
  2. Activation : optimiser l’entonnoir vers l’entreprise et maîtriser son référencement. BrandYoursel a par exemple attendu d’avoir un nombre important d’utilisateurs avant de lancer sa communication.
  3. Rétention : fidéliser le client, tel Twitter qui considère que le client a plus de chance de revenir sur un site lorsque plusieurs personnes le suivent.
  4. Recommandation : orchestrer la communication du produit. DropBox utilise par exemple un système de motivation des utilisateurs, augmentation de l’espace de stockage via la recommandation par outil de viralité.
  5. Revenu 

Un Growth Hacker doit posséder de multiples compétences, dont une obsession de la croissance, ne pas avoir peur des tests ni de changer de méthode, être créatif et analyste, emphatique et technique, réactif et visionnaire.

Une seule personne peut difficilement réunir tous ces points, il est donc nécessaire de constituer une équipe !

AgoraCMS logo

Loading

Êtes-vous prêts pour Drupal 8 ?

Participez à l’évènement entièrement dédié à Drupal 8.

Le programme :

  • Les nouveautés de Drupal 8 : les nouveaux concepts avec une démonstration complète du nouveau back-office,
  • L’impact de Drupal 8 sur vos projets : Comment et quand utiliser Symfony, comment utiliser les API et les Webservices, quels impacts du nouveau moteur de template Twig,
  • Drupal 7 ou Drupal 8 ? Quand faut-il migrer ? quelles difficultés anticiper et quels outils utiliser ? Quels sont les modules déjà disponibles ?

Core-Techs répond à toutes vos questions lors d’un évènement exceptionnel entièrement dédié à Drupal 8.

Rendez-vous le 18 juin 2014 à NUMA au  39 rue du Caire 75002 Paris à partir de 18h.

L’inscription est gratuite.

Loading

CMS et e-commerce : un mariage de raison ?

Les besoins de coupler des dimensions d’e-commerce et de gestion de contenu proviennent souvent de deux logiques concurrentes : un portail éditorial, déjà riche, qui souhaite disposer de moyens supplémentaires pour monétiser son contenu ou exploiter plus directement son audience, ou sinon, un portail e-commerce, qui, pour des besoins de référencement, de fidélisation consommateur, … souhaite développer une partie éditoriale et pourquoi pas interactive.

Au démarrage, on recommande souvent pour des boutiques au business « traditionnel », de lancer un blog en même temps qu’une solution Ecommerce. Très souvent, soit l’Ecommerçant utilise un module de blog proposé par sa solution d’Ecommerce, ou sinon, il utilise rapidement une solution de gestion de contenu comme WordPress. C’est un moyen simple et efficace de « story-telling » et en même temps un outil de référencement et d’animation des réseaux sociaux s’il est bien alimenté.

Dans le cas de « business model » un peu particuliers, il peut être intéressant d’exploiter un framework et ainsi développer entièrement tous les processus de vente et d’animation éditoriale alors que le fonctionnement de certaines parties du projet pourraient être gérés par des solutions pré-existantes.

Le choix de coupler CMS + Ecommerce est souvent issus du constat précédent : pourquoi redévelopper des fonctionnalités qui existent ailleurs, et comment répondre à des besoins plus complexes d’animation de contenu : multiplication des gabarits, des supports, des interactions avec l’utilisateur, …

Voici quelques exemples de démarches qu’il n’est pas possible de mettre en place (simplement) avec deux solutions mises « côte à côte »

  • Mise en avant de contenus dont les thématiques sont rattachées dynamiquement au produit en cours de visualisation,
  • Moteur de recherche combinant une recherche à la fois sur les produits et les contenus éditoriaux,
  • Besoins de vente en ligne sur des produits dématérialisés qui « exploitent » justement du contenu (par exemple des revues juridiques, des sites Internet de téléchargement, …),
  • Volonté de disposer d’un compte utilisateur unique, à la fois pour la boutique et les fonctionnalités éditoriales / interactives du portail,
  • Fonctionnalités interactives fortes et nécessitant une production de contenu conséquente : forums, faq, chat, …
  • Fonctions de « gamification », faisant intervenir à la fois des éléments propres à la vente en ligne et exploitant des principes de «gestion de profil » plus traditionnellement dévolus à des CMS,
  • Gestion avancée des descriptions produit, impliquant des workflows de relecture et de production avec différents producteurs de contenu,
  • Etc.

Pour toutes ces questions, le graal était jusqu’il y a peu de « construire le mouton à 5 pattes », c’est-à-dire marier une super solution de CMS et une super solution d’Ecommerce pour exploiter le meilleur des deux. Mais de telles approches sont complexes :

  • Il faut identifier précisément le périmètre fonctionnel et technique de chacune d’entre elle : le CMS ne ferait que le front-office et l’e-commerce le Back-office ? ou y aurait-il deux front-office avec un super SSO pour garantir la continuité de connexion ?
  • Quelle solution fait quoi dans le parcours client ?
  • Comment gérer des montées de version désynchronisées et des modes de mise en production dissemblables ?
  • Comment ne pas payer deux fois une évolution fonctionnelle (à la fois sur le CMS et l’Ecommerce ?)

Jusqu’en 2011 – 2012, on montait ainsi souvent des solutions mixes telles que Drupal – Magento ou WordPress – Prestashop. Dans le dernier cas, la mutualisation technique était souvent limitée au maximum. Et, bien souvent, toutes les parties techniques et Ecommerce restaient dévolues à la solution d’e-commerce.

Depuis quelques années, on assiste à la montée en puissance de solutions hybrides, capables de réunir en un seul socle technique des besoins avancés de gestion de contenu et d’e-commerce. De manière assez logique, cette évolution est portée par les solutions de gestion de contenu, qui proposent de base une approche beaucoup plus granulaire : un produit n’est finalement qu’un assemblage d’attributs de contenu auquel on ajoute des règles de gestion (mettre au panier, payer, livrer, …).

Cette vision était portée depuis longtemps par la solution eZpublish, qui proposait, dès les années 2005 (mais sans beaucoup de succès), un onglet e-commerce dans son tableau de gestion. Cette vision, c’est celle du « social commerce », là où le contenu est porteur de sens et d’animation pour les produits que vous souhaitez vendre.

On peut citer aujourd’hui les solutions bien connues comme Drupal Commerce, RBS Change. Même WordPress s’y est mis, avec un succès équivalent au dynamisme de sa version mère. A l’inverse, ni Magento ni Prestashop, pour citer les acteurs les plus connus du monde e-commerce Open Source, n’ont réussi à développer de solution de CMS pertinente.
Quelques acteurs propriétaires revendiquent également une forte capacité de personnalisation et de gestion d’animation éditoriale comme Websphère ou Intershop, mais très vite, les coûts d’intégration s’envolent.

Et, finalement, avec ces solutions-là, les enjeux techniques d’intégration sont les mêmes qu’avec des solutions d’Ecommerce traditionnelles : la facilité d’interfaçage avec votre ERP ou votre logisticien dépend de l’existence préalable ou non de modules portés par la communauté ou l’éditeur, la sécurité des transaction reste dépendante de votre VAD, … Il faut peut-être seulement prendre en compte que ces solutions étant plus récente, leur communauté n’est pas aussi riche et développée que pour d’autres acteurs.

Côté éditorial / fonctionnel, en revanche, les choses se corsent : si vous voulez un réel retour sur investissement lié au développement des parties éditoriales / interactives, il faut prévoir une vraie stratégie d’animation du contenu : cela va d’actions classiques de « community management », à de la production éditoriale importante pour alimenter votre contenu autour de dossiers, d’actualités, de nouveautés, … Vous devez intégrer dans votre planning marketing toutes les actions éditoriales menées pour garantir la transversalité de vos démarches promotionnelles.

Loading

Conférence : De quoi est fait ton site ? Radio France

Marine SOROKO et Maziar Dowlatabadi, Responsable du webstudio, de Radio France ont co-animé une conférence dans les locaux de Radio France le 24 mars 2014.

De quoi est fait ton site ? C’est la question à laquelle ils ont tenté de répondre devant un public néophyte et extrêmement curieux.

Cette conférence débute par une explication approfondie des CMS en passant par les grands principes de la gestion de contenu Web, tout en soulignant la révolution que ces derniers ont apportée pour les Webmasters.

La seconde partie de cette conférence a été réservée au CMS Drupal et ce que ce dernier a apporté au groupe Radio France.

Retrouvez la vidéo de la conférence

De quoi est fait ton site ? par radiofrance

 

Loading

Le positionnement dans le SERP de google devient payant : Le poisson d’avril 2014 !

Nous aimons, nous participons !

Olivier Andrieu du site abondance.com élu grand blagueur du 1er avril !

Pour ce premier avril 2014 le site abondance publie un article au titre assez racoleur.

« Exclusif : Google permet d’acheter aux enchères un positionnement en référencement naturel »

Google rendrait possible l’achat de positionnement sur son SERP Naturel ?

Il est évident que cette information est un excellent poisson d’avril très bien orchestré puisque nos followers ont également retweetté ou ajouté à leurs favoris l’article en question.

Ce billet reste néanmoins un joli clin d’œil aux derniers changements dans le SERP de Google (Panda et Penguin).

Loading